JW Anderson, fervent défenseur de la mode comme plateforme d’expression personnelle et moyen de repousser les limites du genre et de l’occasion vestimentaire, a présenté sa nouvelle collection SS25 dimanche dernier à Milan.

J-W-Anderson-Men-s-SS25

Une collection ludique, inspirée par les tenues observées au festival Primavera Sound à Barcelone, le créateur célèbre l’expérimentation dans la mode masculine. “Il ne s’agit pas seulement de marques de luxe”, déclare-t-il, “mais de codes, d’identités et d’archétypes”.

L’influence du festival est évidente dans les pulls à col en V garnis de dentelle en silicone, tandis que d’autres pièces défient toute explication.

Imaginez des pochettes en satin dégonflées accrochées aux manteaux ou de gigantesques cardigans tricotés dans une texture gaufrée en 3D.

Des classiques revisités complètent le tableau : vestes de motard en cuir, gilets en denim et blousons bombardiers aux ourlets incurvés rappelant des pâtes aux coudes.

Tel est l’univers qui s’est déroulé sur le podium de JW Anderson à Milan. L’atmosphère, comme le décrivait le créateur avant le défilé, était celle d’un pays des merveilles baigné par la douce lueur de centaines d’ampoules suspendues. Formes surdimensionnées, textures rebondissantes et une touche d’humour ont défini cette collection singulière.

Une collaboration surprise avec Guinness ajoute une touche de fantaisie. Des broderies perlées élaborées ornent les pulls et les sweatshirts, certains arborant un visage lunaire souriant tiré d’une publicité de Guinness.

J-W-Anderson-Men-s-SS25-14

La collection capsule arrivera en novembre.

© JW Anderson