La Belgique à l’honneur au 75e Festival de Cannes

la-Belgique-a-l-honneur-au-75e-Festival-de-Cannes-©-photos-credits-close-kris-dewitte-menuet-salut-les-garcons-couverture

La Belgique à l’honneur au 75e Festival de Cannes

Cette année, le Festival de Cannes avait comme un merveilleux parfum belge avec trois films en lisse : “Tori et Lokita” de Jean-Pierre et Luc Dardenne, “Close” de Lukas Dhont etLe Otto Montagne” (Les Huit Montagnes) de Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen. 


Lors de la cérémonie de clôture, qui s’est tenue hier soir, les trois ont été récompensés, une première humblement méritée.

la-Belgique-a-l-honneur-au-75e-Festival-de-Cannes-©-photos-credits-getty-images-salut-les-garcons

La soirée a été historique pour la Belgique, même exceptionnelle ! Avoir trois films belges en compétition parmi les 21 provenant du monde entier, sachant que le plat pays produit au maximum 20 longs métrages par an, est une bonne nouvelle pour le futur, alors que la France, par exemple, en produits plus de 200 tout en sachant que seulement 4 concouraient dans la présentation officielle. Un résultat qu’on ne peut ignorer.


Le Otto Montagne – Prix du Jury ex-aequo

Premier prix belge de la soirée, le prix du jury ex-aequo ! Très émue lors de son discours, la réalisatrice Charlotte Vandermeersch a fougueusement remercié son compagnon et réalisateur Felix Van Groeningen offrant un moment rempli d’émotions. Le Otto Montagne – Pietro est un garçon de la ville et Bruno est le dernier enfant à vivre dans un village oublié du Val d’Aoste.

la-Belgique-a-l-honneur-au-75e-Festival-de-Cannes-©-photos-credits-le-otto-montagne-salut-les-garcons

Ils se lient d’amitié dans ce coin caché des Alpes qui leur tient lieu de royaume. La vie les éloigne sans pouvoir les séparer complètement. Alors que Bruno reste fidèle à sa montagne, Pietro parcourt le monde. Cette traversée leur fera connaître l’amour et la perte, leurs origines et leurs destinées, mais surtout une amitié à la vie à la mort. D’après “Les Huit Montagnes” de Paolo Cognetti.


Tori et Lokita – Prix du 75e festival

Les frères Dardenne montent sur scène pour recevoir un prix taillé sur mesure, le prix du 75e Festival tout en dédiant leur prix à un artisan boulanger de Besançon. Le film raconte l’histoire de deux mineurs Africains non accompagnés arrivés en Belgique. Une fois n’est pas coutume, on sort du nouveau film des Dardenne avec une chanson en tête.

la-Belgique-a-l-honneur-au-75e-Festival-de-Cannes-tori-et-lokita-photo-©-christine-plenus-salut-les-garcons

À plusieurs reprises, une ritournelle familière, Alla fiera dell’Est, s’y fait entendre, tantôt interprétée en live par les deux jeunes héros du film, tantôt utilisée en sonnerie de portable. Ce titre de 1976, adapté d’un air traditionnel juif par l’Italien Angelo Branduardi, ne résonne pas par hasard dans le conte terrassant des Belges déjà deux fois palmés, pour Rosetta, en 1999, et L’Enfant, en 2005.


Close – Grand Prix du Jury ex-aequo

Puis, le troisième trophée est arrivé pour “Close” de Lukas Dhont. Un remerciement aussi rempli d’émotions lorsqu’il évoque sa maman, qui lui a montré l’impact que le cinema peut avoir sur nos vie et sur les autres. “Close”, une chronique émouvante d’une amitié fusionnelle entre deux adolescents avait reçu une ovation de plus de dix minutes à l’issue de sa projection. Close – Le joli est-il l’ennemi du beau ?

la-Belgique-a-l-honneur-au-75e-Festival-de-Cannes-©-photos-credits-close-kris-dewitte-menuet-salut-les-garcons

Vous avez une heure quarante-cinq… soit la durée du film, deuxième long métrage de Lukas Dhont, 31 ans, et un premier long métrage en compétition – Girl, Caméra d’or en 2018, concourait alors dans la section “Un certain regard”. Après son portrait de la jeune fille en transition, le Belge y confirme son goût pour les titres réduits à l’essentiel, un programme et la douceur qui trompe son monde façon loup déguisé en mère-grand, “c’est pour mieux te faire pleurer, mon enfant”.


Trois films mais aussi trois générations de réalisateurs qui sont récompensés. Une soirée très émouvante et concrétisée par le palmarès de cette année 2022. Des filmq qui parlent, qui résonnent, qui sont importants pour le cinéma mondiale.

Rendez-vous dans les salles obscures et bonne séance !

_______________________

Photos crédits :

Close  – Eden Dambrine et Igor Van Dessel dans « Close », de Lukas Dhont. © Kris Dewitte_Menuet

Joely Mbundu et Pablo Schils dans « Tori et Lokita », de Jean-Pierre et Luc Dardenne. DIAPHANA – SP: MC DAMIENS

© Le Otto Montagne

.

.

.

#Cannes2022 #Palmares #Awards #GrandPrix #CLOSE #PrixDuJury #LEOTTOMONTAGNE #TORIETLOKITA #cinema #salutlesgarcons #paris

Cette année, le Festival de Cannes avait comme un merveilleux parfum belge avec trois films en lisse : “Tori et Lokita” de Jean-Pierre et Luc Dardenne, “Close” de Lukas Dhont et “Le Otto Montagne” (Les Huit Montagnes) de Charlotte Vandermeersch et Felix Van Groeningen.  Lors de la cérémonie de clôture, qui s’est tenue hier soir,…

Laisser un commentaire